Un peu d’autopromotion

   D’abord et avant tout, mes meilleurs vœux à chacune et à chacun, non sans y joindre l’expression de ma gratitude. La fidélité des lecteurs de ce blog est plus qu’un stimulant: c’est sa raison d’être.

   Pendant les deux semaines à venir, « Le passé belge » s’accordera une pause hivernale. Rendez-vous, donc, vers le deuxième tiers de ce mois.

Vrai   L’occasion faisant le larron, je profite de ce petit mot pour attirer l’attention sur un livre qui vient tout juste de sortir de presse, aux éditions L’Harmattan à Paris. Son propos ne rentre pas dans le cadre de ce blog, mais il se trouve que l’auteur n’est autre que votre serviteur.

   Intitulé Plaidoyer pour le vrai. Un retour aux sources, l’ouvrage se situe au carrefour de la philosophie et de l’histoire. Du passé au présent, dans les domaines de l’éthique ou de la politique comme dans ceux des sciences humaines et des sciences dites « dures » , il s’agit de renouer avec le concept ancien, fréquemment dévalorisé et pourtant toujours pertinent, de la nécessaire adéquation de la pensée et du réel. S’inscrire dans cet héritage antique et judéo-chrétien, c’est refuser tout à la fois l’individualisme qui fait du moi la mesure de toute chose, le grégarisme qui soumet ce moi à l’opinion publique fluctuante et l’idéalisme qui impose au moi comme au nous le carcan de réformes ou de révolutions pensées en chambre.

   Le livre se trouvera dans toutes les bonnes librairies, mais comme elles se font rares hélas !, voici le lien vers la rubrique qui lui est consacrée sur le site de l’éditeur: https://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=61705&razSqlClone=1. On y trouvera toutes les informations pratiques ainsi que l’accès libre à un large extrait comprenant l’introduction et le début du premier chapitre. Le livre peut être acquis en version papier ou en numérique (ebook).

   Merci déjà à celles et ceux qui y auront trouvé intérêt de le faire connaître au sein de leurs réseaux respectifs. Dans l’océan que constitue aujourd’hui le monde de l’édition, c’est le seul moyen de surnager!

P.V.