Mosan, belge, wallon…: le Liégeois au fil des siècles

De Notger le « pater patriae » au frondeur Tchantchès, du rayonnement de l’art mosan à l’âme reflétée par les crayons de Walthéry, du culte de saint Lambert à l’hymne à la vie de Sandra Kim, Philippe George défend et illustre une identité principautaire sans complexe, qui n’ignore pas les dérives et les échecs

   En 2016, à la manière de Roland Barthes, Jean-Marie Klinkenberg et Laurent Demoulin livraient au public leurs Petites mythologies liégeoises [1], qui peuvent être décrites comme une entreprise de déconstruction jubilatoire des symboles tenus pour les plus évidents. Rien n’était épargné sous la plume des deux complices, l’un linguiste et sémioticien, professeur émérite de l’Université de Liège, et l’autre son élève devenu professeur associé de la même alma mater en langues et littératures romanes.

   En prenaient pour leur compte, les affirmations aussi courantes que péremptoires sur la convivialité liégeoise (qui existe comme partout, « mais mesurée » , comme partout aussi, p. 51), sur Liège « cité des musiciens » (alors qu’elle ne se souviendrait guère que de Grétry et qu’un Ciconia « est totalement inconnu » , p. 77), sur la francophilie liégeoise (« même pas un mythe, c’est un mensonge » , p. 76), sur le 15 août liégeois (« un grand piétonnier » … « où l’on boit » , p. 134), sur la cuisine liégeoise (« un discours » , p. 82), sur Liège où les filles seraient les plus belles (le Routard dixit, mais pareille assertion est « tout simplement absurde » , p. 69), et j’en passe… Il n’est pas jusqu’à Tchantchès, horresco referens, qui était révoqué pour ne ressembler en rien aux Liégeois d’aujourd’hui (pp. 63-66)!

   Même s’il n’a pas été conçu comme tel, c’est un véritable antidote à ces dénégations qui nous est aujourd’hui proposé avec la parution du Valeureux Liégeois de Philippe George, sous-titré A la recherche de l’identité liégeoise [2]. Contre tous les scepticismes que peut susciter la psychologie des peuples, l’auteur, médiéviste, Liégeois naturellement, conservateur honoraire du Trésor de la Cité ardente (cathédrale), affirme sans complexe une liégitude ancrée non aux mythes – qui ont du reste leur utilité – mais aux faits.

Continuer à lire … « Mosan, belge, wallon…: le Liégeois au fil des siècles »