Un Rwanda déchiré dès l’indépendance

Le contentieux interethnique est un fil rouge dans la destinée anthume et posthume de son premier et éphémère président Dominique Mbonyumutwa, comme dans celle des autres responsables politiques. Les mouvements qui réclamaient l’émancipation se sont combattus autant ou plus qu’ils n’ont combattu le pouvoir belge (1952-2010)

   Le 1er novembre 1959 à Gitarama, Dominique Mbonyumutwa, ancien instituteur devenu commis de l’administration locale, est agressé par une bande de jeunes partisans du roi (mwami) Kigeli V. L’incident est un des catalyseurs des troubles qui embrasent alors le Rwanda, au moment même où la Belgique a enclenché un processus d’autonomie interne dans les territoires qu’elle administre sous tutelle de l’Organisation des Nations unies, faisant suite au mandat reçu de la Société des nations après la Première Guerre mondiale.

   L’homme qui a ainsi contribué bien involontairement à mettre le feu aux poudres deviendra, quatorze mois plus tard, le premier et éphémère président du pays des mille collines, avant même la proclamation officielle de son indépendance le 1er juillet 1962. Ce personnage clé, né en 1921 à Mwendo, dans la région centrale du Kabagari, a récemment trouvé son biographe en François Xavier Munyarugerero, docteur en histoire et civilisations de l’Ecole des hautes études en sciences sociales (Paris) et journaliste à l’hebdomadaire Jeune Afrique après avoir dirigé des départements ministériels à Kigali [1].

Continuer à lire … « Un Rwanda déchiré dès l’indépendance »

L’Eglise martyre au Congo indépendant

Sur la chapelle-mémorial de Kongolo à Chastre (Brabant wallon) sont recensés les noms de 216 victimes des troubles qui ont suivi l’indépendance congolaise. La grande majorité est composée de missionnaires massacrés lors de la rébellion des Simba en 1964. Anticolonialiste, animiste ou communiste, la haine s’est donné libre cours (1960-1967)

PASBEL20180129a
La chapelle-mémorial de Kongolo à Gentinnes (Chastre). Sur la façade, la stèle en forme d’œuf contenant les noms des martyrs. (Source: Paul Gouverneur, http://www.cathobel.be/2012/05/21/se-souvenir-des-martyrs-de-kongolo/)

   A Chastre (Brabant wallon), dans le domaine du château de Gentinnes devenu celui de la congrégation du Saint-Esprit, s’élève une chapelle de style moderne, épuré, où sont représentés le Christ en gloire et Marie offrant son fils au monde. A l’extérieur, gravés en lettres de bronze sur une stèle en forme d’œuf, symbole de vie, figurent les noms de 216 hommes et femmes, dont 156 prêtres, religieuses et religieux, victimes des rébellions qui ensanglantèrent l’ex-Congo belge au lendemain de son indépendance. Quand le projet de ce mémorial fut conçu, en 1962, il s’agissait d’honorer la mémoire de vingt spiritains sauvagement torturés, fusillés et achevés à Kongolo (nord du Katanga) par des membres de l’Armée nationale congolaise (ANC). Mais quand le monument fut inauguré, le 7 mai 1967, la liste des assassinés avait plus que décuplé…

   Depuis, la tragédie s’est enfoncée dans les brumes d’un oubli qui contraste singulièrement avec l’incessant rappel du sort, certes peu enviable, de Patrice Lumumba ! Le 20 septembre 2014, une cérémonie commémorative en la cathédrale Saints-Michel-et-Gudule, présidée par Mgr André-Joseph Léonard, archevêque de Malines-Bruxelles, et Mgr Marcel Utembi Tapa, archevêque de Kisangani, ouvrait une première brèche dans l’amnésie collective. Mais il manquait encore une enquête exhaustive. Dries Vanysacker, professeur à la faculté de théologie et de sciences religieuses de l’Université catholique de Louvain (KULeuven), l’a menée à bien [1].

Continuer à lire … « L’Eglise martyre au Congo indépendant »