Deux historiens dans la tourmente de la Grande Guerre

Les journaux de Paul Fredericq et d’Henri Pirenne témoignent de leurs épreuves personnelles, en Belgique puis en déportation, et de leur désamour de l’Allemagne. Ils trouvent exutoire et réconfort dans le travail ainsi que dans la foi, pour le premier, et la conviction historiquement fondée de la victoire finale, pour le second (1914-1918)

   L’irruption de la guerre en août 1914, avec son ébranlement des repères de la vie quotidienne, avec son cortège de tragédies surtout, suscita des myriades de lettres, de journaux personnels, de textes intimes, tant de la part de militaires que de civils. Il fallait ainsi tromper l’ennui, meubler l’attente, tenter de voir clair en soi-même, énoncer des raisons d’espérer… Comment cette vague n’aurait-elle pas atteint les historiens, à l’heure où l’histoire se remettait en mouvement sous leurs yeux ?

   Deux d’entre eux et non des moindres, Paul Fredericq (1850-1920) et Henri Pirenne (1862-1935), l’un et l’autre professeurs à l’Université de Gand, ont été de ceux qui consignèrent leurs impressions quotidiennes, et ce dans de simples cahiers d’écoliers. Geneviève Warland, philosophe (Université catholique de Louvain), philologue (Université Stendhal-Grenoble III) et docteure en histoire (Université Saint-Louis-Bruxelles), les a passés au peigne fin pour mettre en lumière les états d’âme de ceux qui les remplirent, leur approche du présent et leur manière d’en témoigner [1].

Continuer à lire … « Deux historiens dans la tourmente de la Grande Guerre »

La Grande Guerre a tué plus de civils que de militaires (déjà)

Quelque 70 % des décès liés à l’invasion et à l’occupation allemandes ont concerné des non-combattants. Les massacres, les déportations, la sous-nutrition et la grippe espagnole ont contribué au recul démographique dans une proportion toutefois moindre que le déficit des naissances et l’impact migratoire (1914-1918)

   Comme on le sait, les victimes des guerres anciennes étaient pour l’essentiel des soldats de métier. La belligérance moderne, à partir du régime révolutionnaire français, y ajouta la masse des conscrits, inaugurant ainsi l’âge des conflits opposant peuples à peuples. Par la suite, les représailles contre les civils et plus encore les armes détruisant des cibles stratégiques, avec leurs « effets collatéraux » , ou frappant au cœur des villes dans un but de démoralisation de l’ennemi, ont créé la configuration contemporaine dans laquelle ce n’est pas une boutade d’affirmer qu’il est aussi dangereux, voire plus, d’être civil que militaire.

   Si la Seconde Guerre mondiale a rendu manifeste ce renversement, se soldant par quelque 40 à 50 millions de morts (selon les approximations) dont la moitié de non-combattants, la Première a fait plus que l’inaugurer, en tout cas sous nos cieux. Un tribut proportionnellement plus lourd pour ceux qui ne portaient pas l’uniforme ressort en effet d’une récente étude consacrée aux effets démographiques de 14-18 dans notre pays [1]. Au recensement de 1910, la Belgique comptait 7.423.784 habitants. Sans la guerre, en suivant son mouvement normal, la population aurait dû s’élever en 1920 à 8.078.328 habitants. On n’en dénombra en fait que 7.401.353 (les territoires enlevés à l’Allemagne non inclus). La différence s’explique par un déficit des naissances, une forte vague d’exils et, bien sûr, les pertes humaines: un excédent de 95.233 décès parmi les civils, s’ajoutant à 40.367 décès de militaires. En arrondissant, 70 % contre 30 %…

Continuer à lire … « La Grande Guerre a tué plus de civils que de militaires (déjà) »

Une journée dans la vie de sœur Emmanuelle

En dépit de l’ampleur de ses engagements sociaux enracinés dans sa foi, en particulier parmi les chiffonniers du Caire, elle ne voulait pas être considérée comme une sainte. Consciente de sa faiblesse, elle s’appuyait sur la conviction paulinienne et pascalienne que rien ne vaut le moindre des mouvements de charité (1908-2008)

  Le journalisme, qui fut mon métier en même temps que l’histoire, confère quelques privilèges dont celui de rencontrer, exceptionnellement ou régulièrement, avec un peu de chance, des figures qui marquent ou ont marqué leur temps. Le reporter devient alors témoin et producteur d’une source dont les chercheurs, le cas échéant, pourront faire usage. C’est ainsi que le présent portrait de Madeleine Cinquin, mieux connue sous le nom de sœur Emmanuelle, née à Bruxelles en 1908, morte presque centenaire en 2008 à Callian (Var, France), sera en partie nourri de rendez-vous avec elle et de propos recueillis à ces occasions.

Continuer à lire … « Une journée dans la vie de sœur Emmanuelle »

L’université flamande, « un sacrilège obscurantiste »

La « demi-flamandisation » de l’Université de Gand en 1923 – avant celle, complète, de 1930 – s’est heurtée à une opposition résolue en Flandre comme en Wallonie. A Liège, corps académique, étudiants et diplômés se sont mobilisés contre une mesure jugée attentatoire au ciment intellectuel de la Belgique et à la liberté de l’institution (1918-1930)

   22 novembre 1918, onze jours après l’Armistice Le roi Albert Ier annonce dans un discours du trône une série de réformes majeures, parmi lesquelles la néerlandisation – on dit alors « flamandisation » – de l’Université de Gand. C’est peu dire qu’il y a là de quoi surprendre. La revendication n’est certes pas neuve et certainement pas incongrue: dans l’Empire austro-hongrois, cette soi-disant « prison des peuples » , les Tchèques ont eu à Prague une université dans leur langue dès 1880. Mais en Belgique, au sortir de la guerre, le projet est lourdement entaché de sa récupération par l’occupant allemand dans le cadre de la Flamenpolitik visant à scinder le pays.

Continuer à lire … « L’université flamande, « un sacrilège obscurantiste » »

Le rêve d’un peuple de lecteurs

Des premières bibliothèques au XIXè siècle à l’animation de rue aujourd’hui en passant par la loi Destrée de 1921, la lecture publique s’est voulue formative autant qu’informative, dans le prolongement de l’école et de ses réseaux (1830-)

   Il y a un peu plus de cent ans était votée la loi Destrée organisant et finançant la lecture publique en Belgique. L’initiative privée comme politique avait toutefois précédé, et de loin, cette intervention du législateur en la matière. Un récent dossier du Centre d’animation et de recherche en histoire ouvrière et populaire (Carhop) est venu poser quelques jalons à cet égard [1].

   Dans le sillage de sa longue expérience acquise sur le terrain scolaire, le monde catholique apparaît à l’origine des premières bibliothèques, dès les années 1830-1840. Les « bons livres » y sont en principe destinés à tous mais de facto, lecteurs et lectrices proviennent surtout des classes instruites. Les sections gratuites destinées aux moins favorisés s’ouvriront plus tard, avec un succès variable, à mesure que s’élargira l’accès à l’école.

Continuer à lire … « Le rêve d’un peuple de lecteurs »

Papy n’était pas un attentiste (2)

Entre 100 et 150.000 Belges de toutes tendances ont combattu l’occupant hors de l’armée régulière. Les hommes appartenant aux classes moyennes et à la fonction publique ont été proportionnellement les plus nombreux. Un guide aide à retrouver les résistants dans le dédale de sources pas toujours fiables ou accessibles sans condition (1940-1944)

   Dans sa dernière lettre à son épouse, avant son exécution le 31 août 1944, François De Kinder, chargé de mission par le gouvernement belge réfugié à Londres, écrivait: « J’ai toujours aimé faire un peu plus que mon devoir… Bien que je n’aie plus les illusions de la dernière guerre, je ne partage pas l’opinion de ceux qui essaient de traverser la présente tempête en faisant le moins de sacrifices possible » [1]. Le nombre des compatriotes qui, comme l’auteur de ces lignes, combattirent l’occupant, et ce de multiples manières, se situe dans une fourchette qui va de 100.000 à 150.000. Entre un sur dix et un sur sept (15.000) payèrent ce choix de leur vie. Quant au service opposé, celui de l’Ordre nouveau, qui pouvait lui aussi conduire à une issue fatale, quelque 100.000 Belges s’y engagèrent, à s’en tenir aux statistiques judiciaires.

   Il a été assez dit qu’il s’agit de minorités, dans un pays qui comptait 8,4 millions d’habitants en 1940. En valeurs absolues, il ne s’en agit pas moins d’une formidable multitude de destinées individuelles. Pour aider à la recherche sur ces dernières, deux guides précieux ont vu le jour ces dernières années. Après Papy était-il un nazi ?, ouvrons Papy était-il un héros ? [2], ouvrage que prolongera à l’avenir un nouvel outil, coordonné par le Centre d’études et de documentation Guerre et sociétés contemporaines (CegeSoma), pour lequel des données issues de plus de 72.000 dossiers personnels de résistants sont actuellement encodées [3]. Quant au « marais gris » que j’évoquais dans le premier volet de cette présentation – ceux qui se mettaient, autant que possible, à l’abri de la tempête, selon l’image de De Kinder –, Koen Aerts (CegeSoma, Université de Gand) m’a signalé qu’il travaille  aujourd’hui à en éclairer les différentes facettes.

Continuer à lire … « Papy n’était pas un attentiste (2) »

Papy n’était pas un attentiste (1)

Etait-il alors collaborateur ou résistant ? Plongée dans deux livres qui dressent un état global de la question et fournissent les outils pour retrouver la trace de ceux qui, à des degrés très divers, servirent l’occupant ou le combattirent. Deux minorités: moins de quatre Belges sur cent au total… (1940-1944)

   Sur ce que fut le lot des enfants de parents réprouvés pour avoir fait « le mauvais choix » pendant la Deuxième Guerre mondiale, nous savons l’essentiel depuis l’enquête de grande ampleur que leur a consacrée Koen Aerts [1]. L’historien, docteur de l’Université de Gand, a par ailleurs codirigé un ouvrage qui entreprend d’aider les héritiers de la faute à répondre aux questions qu’ils se posent sur le passé de leurs ascendants [2]. Questions restées sans réponses dans bien des familles où il ne convenait pas d’aborder le sujet…

   Ce guide pour la recherche et le traitement des sources éparses et complexes, précédé d’un aperçu global de la question, a l’ambition d’être utile à l’amateur comme au professionnel. Il a été suivi d’un autre, complémentaire et de même structure, consacré aux hommes et aux femmes de la Résistance [3]. J’en rendrai compte dans mon prochain article. L’un et l’autre de ces « modes d’emploi » sont arrivés à un moment clé, celui qui voit disparaître les derniers acteurs et témoins pouvant encore être interrogés (20 ans en 1940-1945 = 97 à 102 ans en 2022). Et cependant, « le nombre de demandes de précisions et d’explications est en perpétuelle augmentation » , signalent les auteurs du premier livre (p. 14).

Continuer à lire … « Papy n’était pas un attentiste (1) »

Belges ou Wallons d’abord ? La brouille des libéraux liégeois

Jusqu’à la fin des années ’60, la défense de l’unité belge est centrale dans le programme du Parti de la liberté et du progrès (PLP-PVV). Mais les adeptes du mouvement wallon constituent dans ses rangs une minorité non négligeable. Ouvertement ou à fleurets mouchetés, les deux tendances n’ont cessé de s’opposer (1945-1972)

   C’était en mars 1992. Jean Gol s’apprêtait à retrouver la présidence du Parti réformateur libéral (PRL, aujourd’hui MR) quand il me convia, en même temps que le chef du service politique d’un quotidien bruxellois bien connu, à un déjeuner dans un petit restaurant sis non loin du théâtre royal de la Monnaie. Au cours de l’entretien, il apparut vite que cette invitation avait pour but de nous sonder sur l’hypothèse d’un rattachement de la Communauté française de Belgique à la France. Car l’ex-ministre liégeois, qui avait percé dans la carrière sous les couleurs du Rassemblement wallon, était convaincu que la Flandre se rendrait sous peu indépendante. Et la seule issue viable pour les francophones, dans ce cas, était pour lui de s’intégrer à l’Hexagone. Tout ceci étant, bien sûr, off the record: le grand chef bleu se garda toujours de faire état publiquement de son option préférentielle, alors même qu’il nouait des contacts en ce sens dans les cénacles français.

   Difficile d’imaginer plus grand contraste qu’entre ce président-là et l’actuel, le jeune Georges-Louis Bouchez (6 ans en 1992!), qui arbore volontiers les couleurs nationales et n’a pas craint d’affirmer son regret de la Belgique unitaire. L’un et l’autre, l’ancien et le nouveau, ont été ou sont le reflet, aux deux extrémités, d’un clivage persistant parmi les élus et cadres libéraux, entre fédéralistes-unionistes (dont un petit noyau unitariste) et partisans d’une autonomie régionale ou communautaire maximale (dont un petit noyau rattachiste).

Continuer à lire … « Belges ou Wallons d’abord ? La brouille des libéraux liégeois »

Pourquoi nos rois arborent la Toison d’or

Tous ont été faits chevaliers de l’ordre. Mais bien qu’il ait été institué à Bruges par Philippe le Bon, le « Conditor Belgii » , ses branches actuelles sont autrichienne et espagnole. Et son trésor, évacué à Vienne en 1794, s’y trouve toujours. La « raison » européenne a fait taire les revendications belges (1832-)

   Depuis Léopold Ier, tous nos souverains ou héritiers du trône ont été faits chevaliers de la Toison d’or, à l’instar d’autres têtes couronnées. Sur cette singulière continuité, Gilles Docquier, historien et historien de l’art diplômé de l’Université catholique de Louvain, a présenté le fruit de ses recherches au Congrès des cercles francophones d’histoire et d’archéologie réuni à Tournai l’été dernier [1]. Selon les cas, la distinction fut octroyée par la branche autrichienne ou par la branche espagnole de l’ordre chevaleresque et nobiliaire institué par Philippe le Bon, à Bruges en 1430, pour servir Dieu et le Prince. Scindé depuis 1700 entre Vienne et Madrid, il demeure de nos jours après avoir connu maintes transformations.

   « Ces désignations royales, a expliqué l’intervenant, par ailleurs conservateur de la section d’histoire régionale et domaniale du Musée royal de Mariemont, font inévitablement écho aux circonstances politiques du moment, qu’il s’agisse d’un rapprochement entre la cour de Bruxelles et celle de Madrid, alors en difficulté, pour la nomination de Léopold Ier en 1835, ou dans le cadre d’une union dynastique, comme ce sera le cas, par exemple, pour le futur Léopold II en 1853 ou Baudouin en 1960 » . Albert II sera le seul à recevoir à la fois le collier autrichien (1962) et l’espagnol (1991).

Continuer à lire … « Pourquoi nos rois arborent la Toison d’or »

Sur les traces du national-socialisme

Le château de Wégimont transformé par la SS en « usine à bébés » aryens. Les premières infrastructures de l’aéroport militaire de Melsbroek construites par les Allemands. Le quartier chic de Schaerbeek où vécut la future Madame Goebbels avec sa mère et son (beau-)père juif… (1906-1945)

   Les visiteurs qui, pendant la belle saison, s’égaient au domaine et aux attractions du château de Wégimont (Soumagne), aujourd’hui propriété de la Province de Liège, sont très loin pour la plupart d’imaginer de quoi ces lieux enchanteurs furent le théâtre pendant la Seconde Guerre mondiale. Sous l’égide de l’organisation Lebensborn ( « Fontaine de vie » ), créée et dirigée par la SS, l’occupant allemand installa ici un véritable haras humain, sous le nom de Heim Ardennen ( « maison ou maternité des Ardennes » ), rebaptisé par la population locale « l’usine à bébés » – aryens, bien entendu.

   Cet épisode constitue un des volets du documentaire par lequel RTL TVI, avec l’aide d’une série de journalistes et d’historiens (dont votre serviteur), a entrepris de cheminer sur les traces du national-socialisme en Belgique [1]. Les futures mères accueillies dans la pouponnière soumagnarde pouvaient être des jeunes femmes qui, ayant « fauté » avec un grand blond aux yeux bleus, trouvaient ici la possibilité d’accoucher dans l’anonymat qui les mettaient à l’abri de l’opprobre. Mais il pouvait aussi s’agir de partisanes du Grand Reich venues s’accoupler avec l’un ou l’autre de ses militaires ou serviteurs, Himmler ayant encouragé ceux-ci à procréer abondamment, y compris hors des liens du mariage. De quoi accréditer l’idée que les institutions du Lebensborn furent – aussi – des bordels nazis. La syphilis fit des ravages à Wégimont, frappant même l’adjoint de l’officier placé à sa tête, le commandant Pletsch, qui la transmit à une dactylo, alors qu’une cuisinière belge en infecta un sergent SS flamand…   

Continuer à lire … « Sur les traces du national-socialisme »