« Négocier avec les Russes sans décevoir les Allemands »

Les initiatives de la diplomatie belge pendant la deuxième crise de Berlin n’ont pas été couronnées de succès. En voulant aller très loin dans la voie du compromis, Paul-Henri Spaak a surtout inquiété nos partenaires. Mais ces efforts, avec d’autres, ont montré comment les petites et moyennes puissances peuvent jouer un rôle effectif (1958-1961)

   Divisée entre vainqueurs de la Seconde Guerre mondiale, Berlin se trouve dès 1948 au centre d’une première crise internationale, provoquée par le blocus soviétique des secteurs occidentaux de la ville. Dix ans plus tard, le feu est remis aux poudres par un ultimatum du maître du Kremlin Nikita Khrouchtchev, relatif au statut de l’ancienne capitale du Reich. Cette séquence atteindra son point culminant en été 1961 avec l’érection du mur, décidée pour arrêter l’émigration croissante des Allemands de l’Est vers l’Ouest.

   Comme pays situé en première ligne, la Belgique est concernée par tout développement de la guerre froide. Sa position dans cet épisode, les débats auxquels elle a donné lieu et les moyens par lesquels elle a pu se faire entendre ont fait l’objet d’un mémoire de maîtrise à l’Université de Liège, suivi d’un article qui en dit l’essentiel [1]. On y mesure à quel point, même en ces années de rapprochement avec la République fédérale allemande (RFA), perdure la méfiance envers l’ex-ennemi.

Continuer à lire … « « Négocier avec les Russes sans décevoir les Allemands » »

Le concile de Trente en pratique dans les Pays-Bas de Philippe II

Sa mise en oeuvre est concomitante avec l’affirmation d’un Sud catholique face au Nord réformé. Elle se heurte cependant aux lois et coutumes locaux, alors que l’Etat tend à supplanter l’Eglise dans l’action pour la sauvegarde du consensus religieux et de la moralité publique (1580-1598)

  En juin et juillet 1565, Marguerite de Parme, qui gouverne les Pays-Bas au nom du roi Philippe II, adresse des lettres circulaires aux autorités ecclésiastiques et civiles pour les enjoindre d’appliquer les décrets du concile de Trente, clôturé un an et demi plus tôt. Mais il y a parfois loin de la coupe aux lèvres… En ce temps où chaque comté, duché, seigneurie… a sa législation et ses privilèges propres, les contraintes abondent. L’opposition politique et religieuse, attisée jusqu’au soulèvement contre le souverain espagnol, rend la tâche plus ardue encore. Elle sera concomitante avec la reconquête du gouverneur général Alexandre Farnèse dans le Sud catholique.

   Selon l’examen qu’en a réalisé Nicolas Simon, docteur en histoire, histoire de l’art et archéologie (Université Saint-Louis, Bruxelles) [1], cette mise en œuvre, partagée entre pouvoirs temporels et spirituels, de dispositions loin d’être uniformes et « prêtes à l’emploi » , laissant au contraire une marge substantielle pour leur concrétisation, n’a pas été sans heurts entre lesdits pouvoirs. Elle a réveillé le vieux conflit de prééminence, si tant est qu’il ait jamais été endormi.

Continuer à lire … « Le concile de Trente en pratique dans les Pays-Bas de Philippe II »

Service public et militantisme à la RTB(F)

La politisation était inscrite dans les gènes de la radio-télévision de service public. Le pluralisme y a consisté en un partage d’influences entre les partis. Quand ceux-ci ont perdu un peu de leur emprise sur l’information, ce fut au profit d’un certain vent soixante-huitard , qui a soufflé sur tous les médias (1960-1977)

 L’épisode est resté célèbre. Le 26 mars 1955, une manifestation interdite a été néanmoins organisée pour la défense de l’enseignement catholique contre les projets scolaires portés par le ministre socialiste Léo Collard. Alors que 100.000 personnes défilent dans les rues de Bruxelles, l’INR, ancêtre de la RTBF et de la VRT, est sommée par le cabinet de l’Intérieur de diffuser à plusieurs reprises, notamment au journal parlé de 13 heures, un communiqué ministériel affirmant « qu’il n’y a pas eu de manifestation à Bruxelles » ! L’incident donnera lieu à plusieurs interpellations parlementaires.

   Ce n’est pas la première fois que la question de l’influence du politique sur le secteur audiovisuel est posée en Belgique. Et elle va rebondir souvent, jusqu’à nos jours inclus. Les travaux de Jean-Claude Burgelman (Vrije Universiteit Brussel) ont montré l’ampleur de ladite influence, même si elle ne fut pas la seule à s’exercer. Flore Plisnier, archiviste aux Archives générales du Royaume, traite en profondeur des problèmes du pluralisme, de l’autonomie et de la tutelle dans un ouvrage issu de sa thèse de doctorat, défendue en 2017 à l’Université libre de Bruxelles [1]. La chercheuse a elle-même inventorié les sources en provenance de la place Flagey ou du boulevard Reyers. Son étude s’étend plus précisément sur les années RTB (après l’INR et avant la RTBF), soit de 1960 à 1977.

Continuer à lire … « Service public et militantisme à la RTB(F) »